Articles

Challenge PES, épisode 1: Vaincre ou sourire, le début de l’histoire

Vous vous souvenez de ce que vous faisiez pendant le confinement ? Personnellement, sur Twitter, je lisais beaucoup de récits concernant Football Manager, avec des ascensions fulgurantes de petits clubs venus de l’enfer des divisions amateures.

Avec la récente sortie de PES, j’ai eu une idée. Un déclic. Et si on faisait la même chose mais en contrôlant aussi les joueurs ? L’idée de base est simple : prendre l’un des clubs les plus bas sur le « classement des clubs » du mode Ligue des Masters et le monter jusqu’à la première place. Oui, nous sommes ambitieux sur Café Soccer. La première place ou rien. Il ne manque plus que de connaître le club en question…

Mais, avant toute chose, une photo de moi dans le jeu.

Le choix de l’équipe

Pas de chichi sur Café Soccer. On rentre directement dans le lard en disant que le chef a gâché la surprise du choix de l’équipe par son tweet de jeudi. Ce sera donc Pau, fier représentant depuis cette année du Béarn et du 64 en Ligue 2. Pourquoi la ville de François Bayrou alors ?

Je me suis fixé plusieurs règles : la première, vous l’aurez compris, était de prendre l’un des clubs les moins bien notés du jeu. Pour le voir une première fois, rien de plus simple : ouvrir une Ligue des Masters avec une autre équipe, qui n’a pas son importance ici, et regarder le classement de plus près. Il fallait alors descendre jusqu’en bas et prendre l’une des seize équipes qui constituaient le dernier écran du classement. 

Je vous avoue que j’aurais bien pris le Rayong FC aussi.

Ce large éventail de choix possibles était en raccord avec ma seconde règle : prendre une équipe « réelle ». Pour une meilleure immersion, je souhaitais un vrai club licencié ainsi que les vrais joueurs de ce club (même si je reviendrai plus tard sur ce point). Les 16 clubs concernés sont dans ce cas. Si on enlève Shahr Kodrou, équipe iranienne non rattachée à un championnat dans le jeu, la destination est désormais réduite à trois pays : Ecosse, France et Thaïlande, ici force avec 12 équipes des 16 que comporte sa division.

J’ai éliminé en premier la Thaïlande. En effet, le meilleur club du championnat, Buriram United, est classé à la 498e place. Je me suis dit que le risque de s’ennuyer en championnat au fil des saisons, une fois Buriram dépassé au classement, était grand. Il faut prendre du plaisir dans ce challenge et cette notion était en suspens dans cette possibilité. J’ai ensuite préféré Pau pour la présence des deux divisions françaises. Après avoir dominé la deuxième division, il y aura donc encore une étape à gravir, bien plus importante, avec l’apprentissage de la Ligue 1.

Et puis, en plus, j’ai vécu à Tarbes pendant un an et demi, ville distante d’environ 40 km. Pau, c’est donc un peu la maison. C’est parti avec un club dont la devise n’est autre que « Vaincre ou Sourire » et qui se serait sûrement sans doute fait appeler « Béarn » dans les premières itérations de PES.

Les compétitions

Avant d’aller plus loin, un point sur les compétitions à jouer. Pour l’instant, je ne peux jouer que la Ligue 2 et la Coupe de France dans cette partie. Mais je pourrai avoir dans un avenir plus ou moins proche la possibilité de jouer les différentes coupes d’Europe et même le championnat du monde des clubs ! Ce n’est pas pour tout de suite. En plus, l’immersion ne  sera pas totale en Europe puisque Konami n’a plus les droits des licences des compétitions UEFA. Reconcentrons-nous. Tout d’abord, mon objectif est une promotion en Ligue 1 dans les trois ou quatre premières saisons.

Pour cette première saison, le président du club me propose tout d’abord comme objectif de disputer l’une des six premières places. Si mon personnage est avant tout circonspect et sans la moindre émotion, dans la vraie vie, je suis hilare. J’ai l’un des moins bons effectifs de la division, voire du jeu, je lui propose donc de jouer le titre directement ! Non, ce n’est pas vrai, je lui propose de disputer la première partie de tableau. On me dit alors que c’est un objectif modeste mais je pense que c’est faisable.

On notera le café sur la table, l’emblème du site sur lequel vous êtes actuellement.

Enfin, sachez que cette saison se jouera au niveau de difficulté «haut niveau», que je peux toujours augmenter si jamais je me balade.

Plan de jeu et effectif

J’ai beaucoup aimé Castolo et Espimas. Néanmoins, malgré cet amour, je souhaitais aussi commencer avec les « vrais » joueurs du club concernés pour une raison : dans certains cas, l’effectif de Ligue des Masters rend le club plus fort que ce qu’il n’était avec l’effectif de base… Et il y a toujours ce côté immersion, facilité par cet aspect avec les joueurs réels. Cela dit, il me semble que certains effectifs sont ceux de la saison dernière. Par exemple, pas de Romain Armand, buteur de Ligue 2 expérimenté arrivé au club cet été. Il y a 25 joueurs dans l’effectif, autant dire qu’on va pour l’instant garder tout le monde. Le plan de de jeu s’oriente pour l’instant vers un 4-2-1-3 plutôt offensif.

Le recrutement

Evidemment, le plus difficile du recrutement se fera dans les premières années. L’occasion est d’ailleurs parfaite pour introduire un meme de Moi, moche et méchant représentant bien l’argent à ma disposition au départ de cette aventure.

Bon, en vrai, on a près de 900 000 euros de budget transferts et 20 000 de budget salaires. Lors des premières saisons, le but sera avant tout de consolider l’effectif et de le faire progresser petit à petit, tout en étant à l’affût de certaines offres et opportunités dans la division ou les joueurs libres. J’avais par exemple réussi à engager Nicklas Bendtner à Chambly dans une autre partie. D’habitude, je coche une petite option dans la partie recrutement « renforcer faiblesses ». D’ailleurs, j’ai trouvé ma première – et unique – recrue de cette manière : un milieu brésilien de 20 ans, meilleur en valeur globale que les deux joueurs présents au même poste.

La première star brésilienne du club béarnais.

Par la suite, pour la deuxième phase, j’aimerais avant tout recruter les meilleurs joueurs du championnat, un peu à la manière de l’OL des années 2000, qui jetait son dévolu sur la plupart des joueurs qui cassaient tout en Ligue 1. Cela s’accompagnera du fait d’essayer de faire revenir les meilleurs joueurs français au bercail. La troisième phase sera celle des stars, ou celle des regen de stars. Neymar à 21 ans en 2035, on y croit.

Le premier match

31 Août 2020. Le marché des transferts se termine. En tous cas, dans PES, pas dans la vraie vie, tout ça à cause d’une personne ayant voulu se faire un sandwich au pangolin. BREF. J’ai donc 26 joueurs à ma disposition avant de commencer la saison qui compte un match joué. En effet, j’ai déjà disputé une journée de Ligue 2. Mon baptème du feu du Pau FC s’est fait à domicile contre Rodez. Tout le monde est chaud et motivé.

Les Yeux dans les Bleus.
Pas sûr qu’il y autant de moyens chez un promu dans la vraie vie.

Et résultat ? Une défaite, malgré une bonne domination dans le jeu et des occasions. Comme souvent avec ces joueurs notés aussi bas, j’ai beaucoup de mal à cadrer mes frappes. Un but ruthénois en début de match, un autre pour me crucifier en fin de rencontre… La messe était dite.

Ce sont des matchs de huit minutes…

Malgré tout, j’ai de bonnes sensations après cette première rencontre, ce qui n’est pas vraiment le cas de tout le monde…

Il faut prendre les matchs les uns après les autres.

Sur ce, la grande ascension du Pau FC peut commencer dès à présent. Le prochain récit concernera la première partie de saison en Ligue 2, avec notamment l’actualisation du classement à la fin du mois de décembre. D’ici là, n’oubliez pas, il faut vaincre ou sourire !

%d blogueurs aiment cette page :