Nos visions pour le football en 2021.

Allez les amis, plus qu’une journée à tenir en cette année 2020 maudite ! De notre côté, chez Café Soccer, nous avons d’ores et déjà un pied en 2021, que nous attendons avec impatience tant pour le football en lui-même que notre site. Nous avons donc pris notre plume pour la dernière fois de l’année, afin d’évoquer nos visions pour notre sport à la veille (ou plutôt l’avant-veille, ne chipotons pas messieurs-dames) du nouvel an.

Vincent : 2021, année du football ? Je n’espère pas beaucoup de choses de cette nouvelle année au niveau du football. Une seule, à vrai dire. Le retour dans les stades. Avant la pandémie, j’avais commencé mes aventures dans le groundhopping et dans la chasse aux nouveaux stades. Chambly, Valenciennes, Troyes, Strasbourg… Je commençais à voir un peu de pays grâce à ce projet de tour des stades. Celui-ci s’est un peu arrêté. Du côté du terrain, j’espère avant tout voir un bel Euro 2021. J’aime bien cette formule à 24. Si le niveau est plus dilué, elle permet plus de suspense et aussi de voir des équipes inattendues ou oubliées. Par exemple, j’ai hâte de voir ce que la Finlande et l’Ecosse vont donner lors de ces joutes européennes. Mais, évidemment, j’ai hâte de voir l’Equipe de France remporter le titre. Du côté européen, j’éprouve aussi une certaine impatience de voir la nouvelle compétition de l’UEFA, l’Europa Conference League et de découvrir de nouveaux clubs et pays grâce à cette compétition. J’ai toujours préféré l’Europa League à la Ligue des Champions pour cette raison, celle de la découverte. Celle-ci devrait donc se faire en Conference League désormais. Au niveau des clubs, j’ai hâte de suivre la suite de la saison en Ligue 1. Cela faisait bien longtemps qu’une course au titre avait été aussi intéressante. J’aurai aussi un oeil sur le National 2, en cas de reprise, pour voir ce qu’il adviendra de Sedan. Néanmoins, je ne crois pas à une remontée cette année. Je vais également essayer de suivre de nouveau la MLS avec plus d’assiduité que ces dernières années.

Loic : Évoquer 2021 fait déjà du bien tant 2020 a été compliqué à tous les niveaux. Loin de là l’utopie que tout sera parfait l’année prochaine, force est de constater que ça va être difficile de faire pire que ce qu’on a vécu cette année. Le sport en général, et particulièrement le football, a énormément souffert ces derniers mois. La Champions League sans saveur et l’annulation de l’Euro 2020 sont les deux faits les plus marquants. Mais cessons de parler du passé, concentrons-nous sur l’avenir. L’année 2021 sera, à n’en pas douter, le sursaut d’orgueil de toute la planète sportive, et en tant que fan du Milan, j’avoue appréhender un tant soit peu les prochains mois qui arrivent. Cette place de leader du championnat d’Italie me va (on peut s’arrêter là si vous voulez). De grands clubs furent sévèrement affectés par le contexte pandémique, tant pour le meilleur que pour le pire, et nous risquons de voir beaucoup de choses basculer quand le « réveil » global se fera. Le football en 2021 sera comme un bon combattant, sonné, au tapis, qui fait tout pour se relever pour au moins sauver la face. 2021 devra rimer avec force et spectacle. Il n’y a pas de meilleure réponse à donner à une situation aussi complexe.

Florian : L’année 2020 avait commencé de la pire des manières pour les fan de sports avec la perte d’une légende, Kobe Bryant, décédé brutalement dans un accident d’hélicoptère avec sa fille Gianna, et sept autres personnes. Nous aurions dû prendre ça comme un signe d’oublier directement cette année et de passer en 2021. En parallèle, un fameux virus pointait le bout de son nez en Chine et à Wuhan plus précisément. Et la perte du Dieu du football Maradona, ne peut que confirmer que 2020 était clairement maudit. Un an après, peu de monde aurait pu penser que ce virus révolutionnerait le monde, ou tout du moins le restreindre à tourner « au ralenti ». Le sport, après une pause forcée, a pu reprendre ses droits, mais a quel prix ? Le football sans supporter, comme nous l’avons écrit dans un article précédent, perd de son charme, mais il se devait de reprendre, public ou non. Exemple, un final 8 plutôt réussi au point de vue de l’organisation qui est à souligner. Le début de la nouvelle saison, à part quelques matchs reportés, se passe plutôt bien également malgré la situation mondiale qui reste instable. Maintenant quel football voulons-nous en 2021 ? Évidemment un retour des spectateurs est primordial. Les premiers sont revenus en Angleterre, laissant tous les pays voisins avec un espoir de voir les stades se remplir au moins partiellement dans les mois à venir. Le changement sera également économique, avec des clubs qui font face à des pertes en terme de revenus billetterie mais aussi de droits TV en France, notamment à cause de l’affaire Mediapro. Tout cela peut nous faire penser que la bulle financière du football pourrait éclater, même si cela n’arrivera sans doute pas. Le Brexit, de son côté, va forcer les clubs anglais à réinventer leur mercato et se tourner davantage sur la formation ou l’achat de joueurs locaux. Tout ce qu’on peut espérer de 2021, c’est que l’on puisse retourner voir du football, que ce soit dans un stade, dans un bar, dans un restaurant, chez des amis, pour que nous puissions retrouver les émotions que l’on aime et que 2020 nous a enlevé.

Lucas : Je n’ai même pas envie de parler de 2020. Voilà, j’ai été clair à ce sujet. Donc évoquons ensemble 2021, et uniquement 2021. Je vais aborder cette nouvelle année avec une attente relativement étonnante, notamment de mon point de vue. Mais dans un premier temps, une chose est sûre, mon souhait numéro un est de retrouver le public dans les stades le plus vite possible. Les ambiances artificielles ou les stades qui sonnent creux, ça ne rime pas avec foot plaisir. Cela dit, venons-en au sujet qui va vous étonner : je suis impatient de voir ce que Raymond Domenech va faire avec le FC Nantes. Ce choix sent tellement l’incompétence et l’absurdité (ce qui colle bien aux dirigeants), qu’il est certain que nous allons avoir droit à deux issues tout aussi intéressantes à suivre l’une que l’autre : ce sera soit un échec cuisant, qui tournera peut-être même au sketch… Ou bien, ce sera la bonne surprise, et on se dira : « oh c’est pas si mal ». Je souhaite aux amis nantais la deuxième. Ensuite, mes yeux seront, comme d’habitude, rivés sur la MLS (et en particulier mes Revs), en espérant vivre une jolie saison. Enfin (je tenais à garder le meilleur pour la fin), 2021, et là c’est une certitude, pas une vision ou un espoir, sera l’année où Café Soccer va pouvoir véritablement se lancer sereinement, et nous sommes impatients de pouvoir lancer la machine maintenant que les moteurs sont chauds.

Merci à tous de nous avoir lus, et d’avoir été là pendant les débuts modestes mais réussis de Café Soccer. Nous avons fait du mieux que nous pouvions malgré des vies mouvementées chez chacun d’entre nous à la rédaction. C’est pour cela que nous vous embrassons (virtuellement pour l’instant), et nous vous disons à l’année prochaine !