Selon nous, qu’est-ce qui fait un grand championnat ?

Pour le plaisir, Lucas et Loic se sont penchés de manière très subjective sur ce sujet. Et ambiance de café oblige, tout ce qui est dit ici ne sera peut-être pas juste, ni complet, mais tout vient du coeur, comme d’habitude !

Lucas : Il y a clairement une chose que je dois absolument dire d’entrée : un grand championnat ne se définit pas par la qualité de ses équipes de tête, et leur succès dans les compétitions continentales. C’est un argument bien trop souvent utilisé, et qui n’a selon moi aucune cohérence, puisque cela n’a aucun rapport avec ce qui se passe dans les compétitions domestiques de ces clubs. Toujours en toute subjectivité, n’y voyez ici que mon propre point de vue, c’est une des raisons pour lesquelles j’ai beaucoup de mal avec ces championnats déséquilibrés tels que la Liga avec ses quelques mastodontes, ou la Bundesliga avec le Bayern, qui sont à des années lumières devant leur concurrence : oui on se régale devant le talent réuni dans ces grands clubs, mais derrière, il y a quoi ? Et ce « il y a quoi ? » vaut tant pour le niveau de jeu que l’intérêt de suivre les matches. S’il est impossible que telle ou telle rencontre ait un impact au classement et à l’issue de la saison, à quoi bon la suivre ?

De même, je n’associe pas forcément la grandeur d’un club ou un championnat à son niveau. La MLS, par exemple, admettons, au hasard, juste comme ça, pourrait devenir la meilleure ligue au monde, j’aurais toujours du mal à la considérer comme un grand championnat, même malgré mon amour infini pour ma compétition favorite. Il faut également une bonne dose de prestige : moments inoubliables, équipes mythiques, rivalités historiques, grands noms, etc…

C’est pour cette raison que je souhaiterais casser le mythe des cinq (on aime bien se dire ça en France), ou plutôt quatre grands championnats. Pour un amoureux du championnat d’Allemagne ou d’Espagne, mon paragraphe d’introduction sera considéré comme tout bonnement scandaleux, et c’était intentionnel. Je pense davantage que les faits et le processus de pensée se rapproche de celui j’ai décrit, et c’est à nous de prendre le tout en considération pour déterminer ce qui est un grand championnat de notre propre point de vue. C’est d’ailleurs pour cela que, pour moi, la Premier League est un championnat inégalable qui réunit niveau de jeu, homogénéité et surprises, histoire dense, et jouit même d’une deuxième division de qualité exceptionnelle avec le Championship.


Loic : Chaque championnat possède son lot de moments iconiques, joueurs légendaires, et le fait qu’ils soient tous très différents permet de satisfaire tous les goûts. Un fan de Liga ne cherche pas le même type de football qu’un fan de Serie A par exemple, tant sont opposées les deux manières d’effectuer la discipline. Mais, la question est toujours la même. Qu’est-ce qui fait un grand championnat ? Tout fan a sa propre réponse à cette question, mais à mon humble avis, qui vaut ce qu’il vaut, une chose prime sur toutes les autres : à quel niveau toutes les équipes, je dis bien TOUTES les équipes, jouent elles chaque week-end ? En bref, si vous décidez d’entreprendre un week-end marathon 100% football, quel est le championnat susceptible de vous créer le plus de surprises, rebondissements, etc. ?

Encore une fois c’est une question ouverte et non une vérité générale, mais je pense, comme Lucas, que la Premier League rassemble tout ce que la majorité des fans de football recherche : du beau jeu, du spectacle, un jeu musclé donc engagé, des scores qui peuvent aller de 6-4 à un 0-0 bien corsé. On ajoute à cela une excellente ambiance dans les stades quand ils sont remplis… Bref, un tout qui procure le sentiment, et ce malgré toutes ces années, que le championnat d’Angleterre est bel et bien le plus relevé du monde. Il n’y à qu’à voir toutes les déclarations des plus grands entraîneurs de la planète, qui ont coaché dans des pays différents et donc des cultures différentes. C’est unanime : la PL était le plus difficile d’entre tous, et celui qui procurait le plus d’émotions car le football est une véritable religion là-bas : quand vous perdez un derby, vous vous faites tout petit pendant quelques mois. 

J’ai souvent lu des comparaisons entre la PL et la Liga, qui étaient considérés comme les deux plus gros championnats du monde. Néanmoins, il faut bien comprendre l’immense différence qu’il y a entre les deux. L’un est dominé outrageusement par deux clubs, l’autre est susceptible de changer de podium tous les ans. C’est donc difficile de les comparer et ainsi mettre en relation leurs joueurs ou résultats affichés dans les grandes compétitions européennes. Que serait la Liga de la dernière décennie sans Messi / Ronaldo par exemple ? Ça ouvre un débat intéressant. 

Nous vous invitons à réagir avec nous car on pourrait en parler pendant des heures tellement il y a de sujets à aborder. Une chose est sûre : profitons du football, peu importe le championnat que vous suivez ou vos joueurs favoris, le sport est le même et c’est le plus important. Sur ces mots dignes de clôturer une émission sportive douteuse sur France 2, nous vous laissons.