La longévité mise à l’honneur

Selon les calculs de la Professional Footballers’ Association, syndicat des footballeurs professionnels anglais, la durée d’une carrière moyenne d’un joueur sur leur territoire est de huit ans. Evidemment, ce compte est obtenu en prenant compte des nombreuses trajectoires écourtées par les blessures, des jeunes n’ayant pas percé, mais aussi des plus instables carrières en lower leagues.
L’exemple Britannique est pris ici pour permettre de prendre conscience que chaque année passée sur les terrains pour un footballeur professionnel est précieuse, d’autant plus lorsque l’on sait qu’une majorité des pros n’évoluera que dans des niveaux très modestes. Il est donc toujours merveilleux de voir, à travers le monde, des joueurs toujours actifs à un âge avancé, et après de nombreuses années remplies de succès. Et ils sont aujourd’hui à l’honneur sur Café Soccer !

Si on pense à la longévité en elle-même, nous penserons avant tout à celui qui est surnommé King Kazu. Le japonais, né en 1967, a aujourd’hui 53 ans (bientôt 54, pas d’erreur dans les maths), et entame sa cinquième décennie sur les terrains professionnels. Kazuyoshi Miura, l’homme qui a inspiré le mythique Tsubasa Ohzora de Captain Tsubasa (ou Olivier Atton de Olive & Tom si vous manquez de culture, oups), rien que ça, a débuté sa carrière au Brésil, à Santos, en 1986. Quatre saisons plus tard, et des passages dans de nombreux clubs, Miura revient au pays, au Japon, et va y rester pendant 31 ans, à l’exception de quelques brefs passages au Genoa durant la saison 94/95, à Zagreb en 1999, puis à Sydney en 2005. Il évolue d’ailleurs depuis cette année-là dans son club actuel, le Yokohama FC… En compagnie d’un autre grand vétéran, Shunsuke Nakamura, la légende du Celtic (et non pas le catcheur), quant à lui âgé de 42 ans. A eux deux, les deux hommes ont cumulé 187 sélections et 77 buts pour leur équipe nationale. Et le plus drôle dans cette histoire, c’est que Nakamura a débuté sa carrière internationale en 2000, en même temps que la retraite internationale de Miura, c’est totalement ahurissant !

Mais on doit également penser à ces joueurs qui ont non seulement défié les lois de l’âge, mais qui l’ont fait en performant à un niveau tout bonnement exceptionnel. Parmi ceux qui sont toujours en activité, nous penserons évidemment à Zlatan Ibrahimovic qui, à bientôt 40 ans, a inscrit récemment face à Cagliari un but tout particulier : lors de cette rencontre de Serie A, le suédois marquait pour la 23e année consécutive de sa carrière. Un autre nom viendra naturellement à l’esprit : Stanley Matthews. Le premier Ballon d’Or de l’histoire a obtenu ce trophée à l’âge de 41 ans, en 1956. Alors joueur de Blackpool, le quarantenaire Matthews a inauguré ce qui allait devenir le trophée individuel le plus prestigieux de l’histoire du football, avant d’enchaîner sur neuf saisons supplémentaires pour une retraite à 50 ans.

Et que dire de ces joueurs qui n’ont porté qu’une seule et même tunique dans leur interminable carrière ? Nous pensons notamment à Paolo Maldini, Ryan Giggs, Paul Scholes, ou encore Francesco Totti… Mais nous oublions bien trop souvent l’illustre portier brésilien Rogerio Ceni, et sa carrière de 25 ans, de 1990 à 2015, du côté de Sao Paulo : 1238 rencontres disputées, avec la particularité d’avoir inscrit 132 buts, lui qui était un spécialiste des coups de pied arrêtés.

Après toutes ces lignes, et ces nombreux hommages, vous vous demandez toujours qui est l’homme de la photo de couverture de cet article. C’est sur lui que nous allons conclure. Il s’agit de Ildefons Lima, international avec Andorre, et détenteur du record de la plus longue carrière internationale. Aujourd’hui âgé de 41 ans, ce défenseur central toujours en activité représente la sélection andorrane depuis 1997, avec un total de 128 sélections pour 11 buts, faisant de lui le meilleur buteur de l’histoire de celle-ci. Son implication remarquable pour sa sélection, à côté de son très modeste parcours en club, l’inscrit à jamais dans les livres des records, pour une immortalité plus que méritée.