Challenge PES, épisode 9: Objectif Europe pour Pau

Cet épisode raconte les évènements de la seconde moitié de la saison 2023-2024, soit de janvier à juin 2024.

Quatrièmes à la trêve, les virtuels Béarnais du coach non moins virtuel Vincent Marche avaient pour objectif de continuer sur leur lancée et, pourquoi pas, de décrocher l’Europe. Pour cela, il fallait rester dans les premiers du classement ou gagner la Coupe de France. Alors, les Palois ont-ils réussi leur mission ?

Il se passe de belles choses lors du multplex.

Le parcours en Coupe

Photobomb de Wout Faes.

Une fois n’est pas coutume, nous allons commencer par la coupe. En effet, c’était un évènement, Pau s’est qualifié pour les huitièmes de la finale pour la première fois depuis le début du challenge. Il a fallu quatre essais pour cela. Et, belle malchance, c’est au PSG que Pau est opposé pour ces huitièmes de finale. Après un 0-0 encourageant lors de la rencontre de championnat, avec notamment un grand match d’Adrian, il fallait sortir le même match. Malgré des intentions similaires, Pau s’effondre à cause… D’une boulette de son gardien espagnol. Un mauvais renvoi à la main envoie le ballon dans les pieds de Kylian Mbappé, qui en profite pour ouvrir le score. L’international français doublera la mise plus tard dans la rencontre, ce qui scellera le score de la rencontre malgré un but tardif de Grbic (2-1). Ce n’est pas par l’intermédiaire de la Coupe que Pau gagnera sa place en Europe.

Le classique d’aller chercher le ballon dans les filets.

Le parcours en championnat

Désormais éliminés de la compétition nationale, les Béarnais doivent se concentrer sur le championnat en ce début d’année 2024. Si vous avez lu l’épisode précédent, vous savez que j’ai trois objectifs pour cette saison. Voyons voir ensemble s’ils ont réussi.

Premier objectif : moins de défaites que la saison dernière => REUSSI

Circulez, il n’y a rien à voir.

Lors de ma première saison, j’avais récolté dix défaites. Pour réussir ce challenge, il en fallait donc neuf. A l’issue des 38 journées, le compteur de défaites paloises est resté bloqué à… Neuf. En effet, après quatre défaites lors de la phase aller, Pau a connu la défaite à cinq reprises lors de la phase retour. On retrouve trois défaites plutôt logiques : Lyon (2-1), Lille (1-0, à cause d’un but dans les derniers instants) et Strasbourg (2-0, où j’avais changé toute mon équipe fatiguée). Deux autres sont complètement WTF. En effet, je me suis pris deux fessées monumentales à domicile, contre Bordeaux (0-3) et Rennes (0-4). Le genre de défaites où l’équipe adverse est exceptionnelle et où ni le gardien, ni l’attaquant ne remplissent leur rôle. C’est décevant mais ça reste moins que la saison suivante.

Ici, par contre…

Si vous avez bien suivi, vous noterez que certains noms du championnat sont absents dans mes défaites : C’est sans doute parce que j’ai réussi à vaincre Monaco (4-1), Marseille (1-2) et Paris (0-1). C’est ma première victoire contre ces trois équipes, ce qui est exceptionnel. Petite mention aussi d’une victoire large contre Metz (6-1). Comme ça, c’est gratuit.

Le triplé pour Grbic contre Metz.

Deuxième objectif : plus de points => REUSSI

Lors de sa saison inaugurale en Ligue 1, le Pau FC a récolté 50 points. Il fallait faire mieux. Et quel mieux ! Mes gars terminent à 73 points ! Après 33 points lors de la phase aller, ce sont 40 unités qui ont rejoint l’escarcelle paloise. On notera une excellente forme, avec 13 victoires, 5 défaites et un seul match nul enregistré sur ces six mois, contre Dijon. Le Pau FC termine notamment la saison sur sept victoires consécutives. C’est fou. On finit avec un bilan de 22 victoire, 7 matchs nuls et 9 défaites. En réalité, nous avons converti beaucoup de matchs nuls en victoires par rapport à la saison dernière.

On finit deuxième meilleure attaque avec 64 buts, dont quasi la moitié par Grbic.

Troisième et dernier objectif : un meilleur classement => REUSSI

Tout ça conduit à… UNE QUATRIEME PLACE. OUI, MESSIEURS DAMES. PAU EST QUALIFIE POUR L’EUROPE. Ce sera la petite Europe, mais ça reste dingue pour un club qui était encore en Ligue 2 deux ans auparavant et qui a terminé à la douzième place du classement lors de sa première saison.

Un petit regret, néanmoins. Malgré sept victoires consécutives pour clôturer la saison pour Pau, la Ligue des Champions n’a pas été atteignable pour l’effectif béarnais. La faute à la même série de victoires réalisée par Marseille. A croire que le jeu ne voulait pas de moi dans la grande Europe puisque les Olympiens ont remporté chaque match 0-2 durant cette fin de saison.

Adrian le gardien, Adrian Grbic, Adrian Tchouaméni, Adrian Mbappé… Il fallait s’appeler Adrian pour être dans l’équipe type.

On ne s’en plaint pas, malgré tout. La saison reste exceptionnelle. Adrian Grbic termine meilleur buteur de la saison, loin devant Kylian Mbappé, avec 31 buts inscrits. Les deux Adrian, l’attaquant autrichien et le gardien espagnol, terminent également dans l’équipe de la saison. Gabriel Calabres termine quand même deuxième meilleur passeur, avec 11 passes, alors qu’Ansu Fati en signe 9.

Vu la couleur du gobelet, ça doit venir de chez Columbus.

La saison se termine comme toujours avec plusieurs propositions de postes, auxquelles je ne réponds pas favorablement. Saint-Etienne, Lille, Aberdeen ou encore Barra Funda V… Je reste à Pau pour entamer ma cinquième saison. On va écrire cette histoire incroyable ensemble.

Le point sur les autres compétitions

Amiens et Troyes disent au revoir à la Ligue 2. Il sont remplacés par Ajaccio et… Nîmes, la ville où se joue ce challenge.

Toujours pas de PSG au palmarès.

Pour la version Konami de la Ligue des Champions, le Championnat d’Europe des Clubs, l’AC Milan, ici connu sous le blase de Milano RN, remporte le trophée contre Madrid Rosas, soit l’Atlético de Madrid. Ca aurait fait une belle finale avec les vrais noms quand même. A noter que c’était la Juventus qui avait remporté l’édition précédente. Je n’avais pas pris de screen.

Pas de Séville cette année.

Dans une finale 100% anglaise, Arsenal bat Leicester pour remporter la Ligue Europa, la Coupe d’Europe des Clubs. La saison prochaine, elle sera paloise. Parce que je dois vous rappeler que je me suis qualifié pour cette compétition.

Le point sur l’effectif

Autant vous l’annoncer tout de suite, même si je sais que ce sera difficile à entendre. Il ne s’est rien passé au mercato hivernal, en dehors des transactions conclues avant la date de l’ouverture du marché. Et ce, malgré une offre pharaonique de Serignaluca, club fictif portugais, pour Ansu Fati. Près de 70 millions, ce qui aurait pu changer la donne pour cette carrière. Mais non, refusée, il ne fallait pas la transmettre lors du Deadline Day.

Ansu Fati est toujours à Pau.

Néanmoins, j’ai conclu des transactions qui auront lieu dès l’été. Au cours du printemps, je reçois une belle offre pour mon latéral gauche remplaçant Fabio Santos (74) avoisinant les 20 millions, du club de Bamguarra, club fictif de la non moins fictive PLA League, celle du continent américain. Je l’accepte, tout comme deux offres de clubs français : Valenciennes pour le défenseur central Cédric Zesiger (72) et Ajaccio pour le milieu relayeur Franck Kanouté (72). Pawel Dawidowicz (72), mon quatrième défenseur, m’annonce qu’il ne prolongera pas avec Pau à l’issue de son contrat.

Pour pallier le départ de Fabio Santos, je décide de recruter le latéral gauche portugais Nuno Mendes, noté à 78. Il évolue aujourd’hui au Sporting, comme Lumor Agbenyenu, latéral gauche titulaire du club. Je recrute également le milieu relayeur Enzo Loiodice, alors à Lille dans le jeu (et aujourd’hui à Las Palmas après un prêt de Dijon aux Wolves avant la crise sanitaire, Kamoulox). Il fera un parfait remplaçant à Antonin Bobichon.

The Old Boys donne une idée des futurs regens.

Sur cela, je décide donc de changer un peu mon onze de départ, sans pour autant faire mal à mon entente d’équipe. La défense reste inchangée. Steven Nzonzi 2 remplace Pedro Azevedo tandis que Sofiane Diop prend enfin la place de la légende Gabriel Calabres. Les deux brésiliens ont rempli leurs objectifs mais semblent limités pour mes objectifs. Ansu Fati prend la place de Dimitri Payet 2 à gauche. Néanmoins, ce dernier est installé à droite, à la place de Goduine Koyalipou.

Un seul objectif, le classement des clubs

195e à la trêve hivernale, Pau fait un bond énorme au sortir de cette saison… 122e place, soit 73 places gagnées ! Désormais, nous évoluons au même niveau que Toulouse, Amiens ou le Standard de Liège et on a dépassé le FC Kit…Le FC Nantes. L’objectif de la cinquième saison est clair : intégrer le top 100.

Ce classement n’a aucun sens.